The Blizzard Sow Foggy

Songs For The First Periods (Douzième Lune, 2021).

The Blizzard Sow Foggy : Songs For The First Periods (Douzième Lune, 2021).

J'ai beau m'être décidé à ne plus écrire de chroniques disques sur Néosphères (pour me consacrer pleinement à la publication de livres imprimés sur papier et autres choses dans le réel ou sur le Web), il y a des disques que je ne peux passer sous silence, car ils font lien. C'est bien l'intérêt du langage hypertexte.

En l'occurrence, il s'agit des compositions de Denis Frajerman interprétées par The Blizzard Sow Foggy sur l'album « Songs For The First Periods ». En terme de liens, il y a la musique composée par Denis Frajerman donc. Celui qui m'aura fait découvrir l'univers post-exotique d'Antoine Volodine (le Kafka-Borges du XXIe siècle ?) avec Les Suites Volodine. Il y a les invités Laurent Rochelle (fondateur du label Linoleum) et Stefano Cavazzini (dont le duo avec Daniel Palomo Vinuesa fit l'objet de l'une des premières (très courte) chroniques sur Néosphères).

Au présent de ces instants des premières écoutes nocturnes de « Songs For The First Periods », les compositions de Denis Frajerman me touchent toujours autant. « Songs For The First Periods » est porté par la voix de William Boppe et les claviers, RBox, guitares et basse de El Faroud. Cet album s'annonce explicitement comme des « chansons brumeuses pour les premières périodes ». Il s'inscrit dans un temps suspendu d'introspection et de dilatation du temps. Le cri d'un aigle et le chant d'un hibou mythologiques scellent le pacte. Pour faire la synthèse rationnelle de l'impact émotionnel, écrivons qu'en une sublime ingestion d'exquise absinthe, il s"agit d'une formule alliant une évanescence baudelerienne et un Ennio Morricone mexicain, avec la lenteur des Fasmes (titre du troisième album post-Palo Alto de Frajerman) et un chamanisme astral d'une nouvelle ère amorcée à l'aube du XXIème siècle.

Autres chroniques :

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr