Hélène Breschand / Yoann Piovoso

Certains Jours, Certaines Nuits (SometimeStudio, 2019)

Hélène Breschand / Yoann Piovoso : Certains Jours, Certaines Nuits (SometimeStudio, 2019)

Il y a des Jours... et des Lunes disait Claude Lelouch. Il y a des rencontres au cours des hasards de la vie qui engendrent des univers. La rencontre d'une harpiste, Hélène Breschand, et d'un claviériste, Yann Piovoso, aurait pu engendrer une musique bucolique, ensoleillée comme un champ de pâquerettes, pleine de bons sentiments, comme chez Lelouch. Cela aurait pu, mais ce n'est pas le cas. Nous sommes à l'opposé, en fait.

Hélène Breschand et Yoann Piovoso se sont connus lors d'un concert-rencontre de l'ensemble Laborintus et de la Générale d'Expérimentation dans le cadre de la saison Ici l'Onde initiée par l'association de création musicale Why Note de Dijon. Cela pose un cadre aux contours nettement plus expérimentaux. Depuis, Hélène Breschand et Yoann Piovoso ont collaboré en duo sur un projet commun duquel a émergé ce disque, co-produit par la Cité de la Voix de Vézelay, Why Note et SometimeStudio. L'un des fils conducteurs est le texte, la parole, la voix. Le titre d'ouverture « Certains Jours Certaines Nuits » débute par des résonances sombres sur lesquelles Hélène Breschand vient réciter un texte très poétique sur certaines journées plutôt minérales et d'autres plutôt végétales, les deux accueillant l'élément essentiel, l'eau sous forme liquide ou vaporeuse. Puis s'installe progressivement une ambiance pratiquement indescriptible tissée de notes de claviers Fender Rhodes, de cordes amplifiées et de synthétiseur analogique.

« Ecrivez-moi » est aussi une montée en intensité, alors que la diction d'Hélène Breschand montre très peu d'emphase. Les sonorités de harpe y sont un peu plus reconnaissables. C'est pratiquement un court interlude dans un langage compréhensible pour les Francophones avant de s'imprégner de « Tôt le matin ». Il propose d'entrée de jeu des boucles analogiques tortueuses et une hallucination incantatoire. Puis, sans que nous nous en apercevions, nous glissons dans un climat apaisé, calmé par une sublime mélodie au piano. « Une Histoire » est un titre chanté en ancien français par Yann Piovoso. Il fonctionne par la force des choses comme une pause d'intelligibilité immédiate avant la nouvelle transe sonique chamanique de « Tard Le Soir », fascinante et inénarrable. « Soyons le vent » exhorte à être profondément vivant par son letmotiv limpide : « Soyons flamboyant, soyons le vent ». Le duo s'installe résolument, puisque les échanges se font aussi par le vocal et plus seulement l'instrumental. Le court « Terre d'accueil » clôt le disque par un doux apaisement, Hélène Breschand chantant d'une manière proche de la comptine, dans une langue inventée, Yann Piovoso récitant un texte interrogatif en français : « Quelque chose résonne en vous, serait-ce ma voix ? », avant d'accorder une réponse salvatrice : « J'accepte d'être pour vous la rivière folle de cet instant ».

Tôt le matin, avant le levée du Soleil était l'heure de la première prière, tard le soir était celle de la dernière. Certains Jours Certaines Nuits exprime ce mélange d'effroi et d'enchantement qui fondait l'expérience religieuse (selon le classique Le Sacré de Rudolf Otto). Sur le terrain de l'esthétique musicale, Certains Jours Certaines Nuits exprime le mysterium tremendum et mysterium fascinans par les contrastes entre l'inconnu angoissant des sonorités étranges et le réconfort des sons et mots identifiables.

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr