Hélène Breschand & Elliott Sharp

Chansons du Crépuscule (Public Eyesore, 2017)

Hélène Breschand & Elliott Sharp : Chansons du Crépuscule (Public Eyesore, 2017)

Ce disque d'une petite heure est le fruit de la sublime rencontre créative d'Hélène Breschand et d'Elliott Sharp enregistrée en une journée de mai 2014. Sur Chansons du Crépuscule la harpiste et le guitariste entrecroisent leurs cordes avec sensibilité, soubresauts et effets, et s'adonnent tous deux à des expressions vocales captivantes. L'alchimie fonctionne tout au long de l'album et donne corps à un ensemble naturellement bâti, évoquant tantôt la force éruptive d'une cérémonie chamanique et tantôt le récit intimiste. La voix d'Hélène Breschand emploie diverses nuances, passe sans heurt du chuchotement au râle, du récit susurré aux distorsions vocales plaintives en français, anglais et en des langues non identifiées, d'Europe de l'Est peut-être, voire inventées au vol. Elliott Sharp pose sa voix grave, en anglais et en français, dans un style mi-parlé mi-chanté sur quelques titres, en particulier sur le thème traditionnel "The Cuckoo", titre qui se rapproche le plus de la définition ordinaire du mot "chanson". Sur le titre "Le Dernier Cri" les vocalises ensorcelantes d'Hélène Breschand précèdent la redoutable voix grave d'Elliott Sharp qui s'exprime là en français. Chansons du Crépuscule trouve un bel équilibre entre expressions vocales et parties instrumentales librement égrenées, les unes venant structurer les autres au fil de l'intuition du moment capté. C'est ce qui fait tout le charme mystérieux de ce disque.

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr