Repérages express

Premières impressions en un matin clair ou en une nuit brumeuse :

JACCO GARDNER Cabinet of Curiosities (2013)
Incurables du Pink Floyd première manière, avec Syd Barrett encore conscient d'ouvrir les portes de la perception, des choeurs en échos et des mélodies pour Alice Aux Pays Des Merveilles, suivez Jacco Gardner dans son jardin psychédélique féérique.

DOLOROSA HET! (2012)
Dolorosa, c'est le duo Vincenzo Grosso (guitars / bass / percussions / vox / loopstation) et Daniel Palomo Vinuesa (Ewi /soprano and baryton saxophones / laptop et, au passage, l'un des plus anciennes connaissances espistolaires néosphèriques). Ils nous offrent sur Bandcamp cinq improvisations basées sur des boucles enregistrées en temps réel, réhaussées de quelques parties ajoutées ensuite. Techniquement, c'est électroacoustique, catégoriquement, c'est inclassable. Ils se réapproprient même du CAN sur Het 3, de plutôt belle manière, ce qui permet de préciser la multitude d'influences mêlées, dont des folklores imaginés. Le tout est dense et touffu et ne se saisit donc pas à la première écoute. Ce qui est généralement bon signe en matière d'appréciation.

ENTRE DOS AGUAS Live In Tolosa
Le socle est flamenco, les voix surtout espagnoles donc, mais du chant diphonique, de la human beat box et du scat s'entendent clairement. On est entre deux eaux ou plus, l'Atlantique, la Méditerranée et la Garonne au milieu. En suivant vaguement le 43e parallèle on est même assez vite à New York. Le tout enregistré à Toulouse. Le pulic est connaisseur et chante avec Entre Dos Aguas sur plusieurs titres. C'est chouette et ça réchauffe.

CYRIL BONDI The Foil (Drone Sweet Drone, 2013)

Enregistré le 28 novembre 2012 au Studio du Silo à Renens en Suisse, The Foil de Cyril Bondi est typiquement le genre d'improvisation en solo qui pose la question de savoir si sa transposition sur support audio est une perte visuelle (par rapport à un concert vécu et vu) ou bien au contraire le moyen le plus sûr de pouvoir apprécier une musique essentiellement immersive et live. Car justement, très souvent on se résigne à fermer les yeux lors d'un concert, appréciant ainsi beaucoup plus la plongée dans le son en faisant abstraction de ce qui se passe physiquement. Mais c'est pourtant bien ce qui se passe qui peut définir ce que l'on entend : des toms sur lesquels sont posés divers objets (grains de sable ou graines de céréales, clochettes) que l'on fait trembler en frappant la peau de bête tendue.

DUO AUDINET MARTY Vitesse locale (Musique en Friche, 2013)
On s'arme souvent d'un supplément de courage et de patience avant l'écoute d'une improvisation, se disant que ça risque d'être long, mais que ça vaut le coup, car au bout il y a la surprise. Avec Vitesse locale, le duo David Audinet au trombone et Sylvain Marty aux percussions nous capte dès les premières notes, réussissant d'emblée à créer cet effet de surprise si précieux. De telles sonorités sortent de leurs instruments que l'intrigue est posée et se suit comme on lit un roman réussi. Quand à savoir de quoi ça parle, c'est à vos oreilles qu'il faut le demander.

MINORS This Is Not Happening (Travelling Music, 2013)
Directement inspiré par le mouvement Occupy Wall Street, il plane sur ce 5 titres une ferveur collective digne de Give Peace A Chance de John Lennon. Le chant choral spontané donne clairement envie de se lever, d'empoigner un tambourin pour aller s'exprimer sur la place publique. Mais avant cela il faut apprécier à sa juste valeur musicale cet étonnant et très justement titré This Is Not Happening, car il est aux antipodes du brouhaha de la foule. Il s'agit d'une combinaison très équilibrée de cordes, d'orgue, de vent et de voix, ici les réminicences d'un quatuor, là un court solo de saxophone. Cette folk chorale a en effet été préparée pendant trois mois puis enregistrée en live et réussit là où c'est le plus difficile: communiquer sa confiance en ses forces sans se laisser envahir par la rage.

ELASTIK Instrumental E.P. (Koma Records, 2013)
Elastik alias de Thomas Prigent élabore en salle de dissection des beats électroniques glaçants, des textures de cordes qui étranglent lentement les nerfs et autres savoureuses décoctions noires. Elles servirent d'écrins, d'un titre à l'autre, aux voix de Black Sifichi, Cheval Blanc, Horror 404, Malika, Faustine et Cécilia H. sur les très bons albums Metalik en 2009 et Critik en 2011. Elastik remplit cette fois le calice de titres "instrumentaux" : pas de voix, des boucles, séquences de piano, violons et toujours ses rythmes qui cognent. Depuis (au moins !) "Clubbed to Death" par Rob D. en 1995, qui illustra la bande son de Matrix, nos oreilles sont plutôt habituées à ses décoctions. Elastik réussit cependant à aborder ce style en soi avec une certaine fraicheur d'esprit, même si la mélodie du premier "instru" évoque inévitablement Tubular Bells de Mike Oldfield. Inutile d'exiger de la nouveauté, le principe du style, tout comme de la pop, est de tourner en boucle, ce qui n'a rien d'un reproche. Juste un constat. Titres en écoute sur www.elastik.fr et disponible en digital sur Amazon.fr.

MAYANOB Music Movement (Zumol, 2013)
Le groupe Mayanob adopte l'étiquette "pop industrielle". Mais qu'est-ce donc que de la "pop industrielle"? On pense plutôt à de la trip-hop en un peu plus rock, tels Massive Attack et Portishead qui, après avoir traversé la brume de la southern soul, mirent à nue la mécanique froide des sociétés industrielles. Et qui dit "industrielles", dit "friches industrielles". David Lynch, autre référence du groupe, en a laissé des images mentales indélébiles avec Eraserhead. C'est cette atmosphère brumeuse, mais pas foncièrement lugubre, qui emplit ce beau Music Movement. 3 titres en écoute et une vidéo en live ici. Mayanob est en concert à Toulouse le 16/03 à la Dynamo et et le 20/04 à Connexion Live.

GUILLAUME GARGAUD LOST CHORDS (Dead pilot records UK, 2011)

Avis aux Havrais et aux Ébroïciens, le compositeur et guitariste improvisateur Guillaume Gargaud joue le 22 février 2014 en trio avec Jean Luc Petit et JP Gomez au PiedNu du Havre et le 15 avril 2014 en duo avec G.Laurent à L'Atelier d'Evreux. En écoute ici son album solo Lost Chords, passionnante échappée tactile dans des textures piquantes et planantes, car le planant n'est pas inévitablement moelleux, ici c'est plutôt rêche et franchement bien.

Chroniques express
Chroniques express 2012
Chroniques express 2011
Chroniques express 2010
Chroniques express 2009

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr