MICHAEL NYMAN

EXPERIMENTAL MUSIC : John Cage et au-delà (Editions Allia, 2005)

Michael Nyman : Experimental Music

Les Editions Allia ajoutent une pièce maîtresse à leur collection musique avec Experimental Music : John Cage et au-delà, une traduction de l'ouvrage écrit par Michael Nyman de 1970 à 1972, publié en 1974 et réédité en 1999, par Cambridge University Press. Les annexes furent alors mises à jour (discographie et bibliographie) et l'édition augmentée d'une nouvelle préface de Michael Nyman.

Cette édition de 1999 est celle impeccablement traduite en français par Nathalie Gentili pour les Editions Allia.

Comme son nom titre l'indique, l'ouvrage fait la part belle à John Cage et à ses nouvelles conceptions de la composition, de l'exécution et de l'audition de la musique, conceptions qu'il enseigna à New-York au Black Mountain College puis à la New School for Social Research à la fin des années 50. L'approche de John Cage, très influencée par la philosophie Zen, prônait un mode de composition permettant de "laisser les sons être eux-mêmes, plutôt que des vecteurs de théories fomentées par l'homme, ou que l'expression de sentiments humains" et préserver la "complexité naturelle". Aussi, selon Dick Higgins, "il faisait ressortir ce que vous saviez déjà et vous aidait à en prendre conscience". Indétermination, hasard, events ou encore partitions expérimentales sont autant de façons de trouver de nouvelles voies pour les "compositeurs" de l'époque qui n'adhéraient pas au sérialisme.

"Compositeurs" entre guillemets puisque l'action même de composer tendait justement à être remise en question. Les "pièces" de John Cage et de ses comparses (Morton Feldman, Christian Wolff, Earle Brown...) sont relatées avec minutie et simplicité, ainsi que les actions menées par les divers artistes plus ou moins à rattacher au mouvement Fluxus (La Monte Young, George Brecht, Richard Maxfield, Nam June Païk et Charlotte Moorman, Takehisa Kosugi...) et aux pratiques similaires (et parfois antinomiques) développées par des collectifs comme AMM, Musica Elettronica Viva, le Scratch Orchestra et des compositeurs et musiciens tels que John Tilbury, Cornelius Cardew, Frederic Rzewski, Gordon Mumma... La musique minimaliste est également abordée car elle découle directement de ces recherches qui, pour certains, menaient à leur tour à l'impasse.

L'ouvrage se clôt sur un bref panorama des compositeurs anglais post-Cardew, notamment ceux rattachés au PT Orchestra. L'éclectisme postmoderne et la musique d'ameublement allaient alors former le terrain fertile à un autre courant né peu après la parution d'Experimental Music: l'Ambient Music, dont on attribue la paternité à Brian Eno de façon un peu abusive.

Experimental Music : John Cage et au-delà est un ouvrage incontournable pour qui veut connaître les marges les plus aventureuses de la musique contemporaine, jusqu'à 1974. On peut facilement étayer les lignes de développements qui suivirent. En particulier un volonté de se détacher de l'hermétisme des avant-gardes, d'être plus "pop". Michael Nyman lui-même, qui se consacrait jusque-là à la critique musicale, est ensuite devenu, comme chacun sait, un compositeur de grande renommée, auteur de musiques de films de Peter Greenaway, de La leçon de piano de Jane Campion ou encore de Gattaca d’Andrew Nicoll.

Achetez EXPERIMENTAL MUSIC sur Amazon.fr

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr