Freddie Hubbard & Ilhan Mimaroglu

Sing Me A Song Of Songmy (Atlantic, 1971)

Freddie Hubbard & Ilhan Mimaroglu : Sing Me A Song Of Songmy (Atlantic, 1971)

Bullshit ! It's a masterpiece ! Commençons l'année 2011 par une commémoration. Que dis-je, une célébration, celle des 40 ans de l'album Sing Me A Song Of Songmy de Freddie Hubbard et Ilhan Mimaroglu. Ce chef d'œuvre méconnu résulte de la rencontre de deux maîtres, l'un de la trompette, l'autre de l'électroacoustique. Freddie Hubbard a participé au fameux double quartet d'Ornette Coleman formé pour l'enregistrement de Free Jazz (1961). Il fut un fidèle d'Eric Dolphy, participant notamment à Out To Lunch (1964). On le retrouve aussi sur Ascension (1965) de John Coltrane, ou encore, avec Herbie Hancock, sur la musique du film Blow Up (1966). Le Turc Ilhan Mimaroglu a aussi un pedigree assez costaud. Il a étudié au Columbia-Princeton Electronic Center, travaillé avec Edgard Varèse, participé à la musique du film Satyricon de Fellini (1969). En ce début des années soixante-dix il produira Changes One et Changes Two de Charles Mingus. Ainsi, étonnamment, Ilhan Mimaroglu est concrètement plus proche de Charles Mingus que Freddie Hubbard ne l'est, puisque ce dernier n'a jamais enregistré avec Mingus.

Sing Me A Song Of Songmy, sous titré "A fantasy for Electromagnetic Tape" est un peu la somme de toutes ces expériences. Le quintet de Freddie Hubbard, un orchestre à cordes, les synthétiseurs, orgues et bandes magnétiques d'Ilhan Mimaroglu, plusieurs récitants (intervenant en anglais et en vietnamien) se répartissent les rôles pour un fresque intimiste, une réflexion sur l'absurdité de la violence et de la guerre, en un conglomérat postmoderne de genres musicaux. Ce disque suinte le jazz par tous les pores, agresse les tympans par ses dissonances électroniques, tout en construisant sa dramaturgie autour de séquences de spoken words. Certaines sonorités sont parfois désuètes, mais la beauté intemporelle l'emporte, à l'image du tableau Massacre en Corée de Picasso qui illustre la pochette.

Lien :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr