Paula Rae Gibson / Kit Downes

Emotion Machine (Slowfoot Records, 2018)

Paula Rae Gibson / Kit Downes : Emotion Machine (Slowfoot Records, 2018)

Le musicologue Philip Tagg se demandait si l'on pouvait parler de musiques noires (à propos des musiques afro-américaines, cf. Copyright Volume!). Le débat se situe à un autre niveau, bien sûr, mais il est certain qu'avec l'album Emotion Machine de Paula Rae Gibson et Kit Downes, on peut parler de musiques sombres, de musiques à la beauté mélancolique. La mélancolie est l'une des mères nourricières de la poésie et des arts en général. Rien ici ne reflète l'once d'un soupçon de ce que l'on appelle communément la joie.

Sur Emotion Machine, les seules émotions qui transpirent seraient à associer à des machines d'humeur maussade. Paula Rae Gibson, par ailleurs photographe, pose une voix indolente, ce qui dans le contexte est un compliment. Les cordes du violoncelle de Kit Downes résonnent à vide, comme s'il slappait ou utilisait son archet au ralenti. Ses notes de piano sont lentement égrainées dans un espace tout aussi vacant de présence humaine. Cet album fait assez souvent penser à Arthur Russell, violoncelliste de la scène No Wave new yorkaise ou bien à Julie Cruise, l'interprète de « Fallin' », le thème de la série Twin Peaks, qui, pour le coup, feraient presque figure de tapage disco, en exagérant le trait... Pour autant, la forme dépressive est belle, comme chez David Lynch.

À écouter loin de toutes armes à feu, objets contondants, substances toxiques, et déconseillé les jours de pluie.

Paula Rae Gibson/Kit Downes Still from paularaegibson on Vimeo.

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr