ROUGGE

ROUGGE : Fragments (Autoprod. - Akusta, 2007)

Fragments (Autoprod. - Akusta, 2007)

Sorti le 24 décembre 2007, tout juste, Fragments n'est pas le premier cadeau brisé en morceaux par un petit morveux après le passage du Père-Noël. Encore moins une énième compilation de chants de Noël. Fragments est l'album d'un chanteur-compositeur qui se dissimule sous le pseudonyme de Rougge, comme pour mieux laisser exister ses créations dans toute leur simplicité et tout leur éclat. Dans un dépouillement extrême, Rougge laisse sa voix d'une tessiture lyrique exprimer des mots dans une langue qui leur est propre, celle de la musicalité de syllabes et de l'émotion qu'elles dégagent, le piano arrivant en contrepoint. Il est inévitable d'aller chercher des antécédents pour tenter de décrire, d'expliquer par des mots et des noms, ce que l'on entend. Pour situer cet univers très singulier, il est possible d'évoquer Michel Polnareff dont la voix présente quelques similitudes, mais la comparaison s'arrête là. Rougge évoque plus encore les Islandais de Sigur Ros qui laisseraient toute latitude à leur chanteur et à ses envolées planantes. On pense aussi à Christian Vander et à son groupe Magma qui, à l'orée des années 70, ne vit d'autre solution que de créer son propre langage, le kobaïen, pour s'exprimer vocalement tout en échappant aux poncifs de la chanson française. Mais de Vander il faut surtout parler ici de son projet ultérieur Offering, dont le travail sur les voix le rapprochait de l'élévation coltranienne. Ces Fragments évoquent tout cela, et bien d'autres choses encore, et restent par essence très personnels, naissant d'une improvisation vocale qui abandonne les éléments porteurs de sens, les mots, pour ne conserver que la sensualité expressive de la voix.

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr