SO LUNE

Child Spirit (autoproduction, 2018)

SO LUNE : Child Spirit (autoproduction, 2018)

Bien décidé à faire mon devoir de chroniqueur pour Néosphères, je commence par remettre un peu d'ordre dans cet honteux amoncellement d'enveloppes à bulles non encore ouvertes. C'est alors que la platine CD de ma chaîne Hi-fi décide, elle, de lâcher, après 20 ans de bons et loyaux services. Nonobstant, je ressors mon bon vieux ghetto blaster, acheté avec le salaire de l'un de mes premiers jobs d'été : journaliste remplaçant dans un hebdomadaire local des Pays de Redon et de Ploërmel. C'est sur ce ghetto blaster que j'ai ressenti la profondeur des basses dans la trip-hop de Tricky et Massive Attack...

Je commence à écouter l'album Child Spirit de SO LUNE qui m'évoque d'emblée rien de moins que Portishead de « Glory Box ». La complicité entre un frère et une soeur annoncée dans la feuille A4 accompagnant l'envoi, que je n'avais pas encore lue, ne peut être feinte. SO LUNE, ce sont deux artistes, Romane Beaugrand (violoncelle, chant) et Joseph Beaugrand (beatmaker, Beat box, Rap). À eux deux, ils créent leur "acoustic-trip-hop" simple et sans trop de pathos. Ils visent juste à chaque fois. Sept titres, 30 minutes. Clairement, ils savent sélectionner le meilleur de leurs productions. Ici aucun rebut comme il y en a tant dans le genre. Ils exfiltrent leur style très personnel, fluide et posé, un alliage d'acoustique, le violoncelle, et de trames numériques. Le chant en anglais de Romane Beaugrand impressionne par sa justesse émotionnelle, son naturel. Elle assure ses propres backing vocals par re-recording. Professionnelle. Les cordes ont souvent été samplées dans le hip-hop, elles sont ici jouées dans toute leur ampleur boisée. Joseph Beaugrand est humble. Il n'ajoute pas de rythmiques là où il sent qu'il n'en faut pas. Il est efficace dans le placement de boucles travaillées, évolutives et ciselées. Il place ici, retire là, construit les strates pour les épurées ensuite s'il le faut. Beatmaker, il est aussi maître du micro, posant un rap au flow certain.

Damned, c'est une autoproduction qui surpasse mille autres publications. J'aurais une âme de producteur, je préparerais le contrat.

Lien :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr