GHEDALIA TAZARTES

Check Point Charlie (Musea Gazul, 2006)

Ghédalia Tazartès Check Point Charlie (Musea Gazul, 2006)

Ghédalia Tazartès se fait rare sur disque. Il privilégie la création pour la scène (théâtre, danse). Son sixième, et dernier album en date, Voyage à l'ombre, est sorti sur Demosaurus en 1997. Le précédent Check Point Charlie (AYAA, 1990), attendait d'être réédité. C'est chose faite grâce à la collection Les Zut-O-Pistes de Muséa / Gazul. Check Point Charlie est agrémenté de deux titres inédits.

L'idée de folklore imaginaire aura rarement été aussi appropriée. Ghédalia Tazartès s'invente un monde qui semble s'inspirer de différentes traditions qui ont traversé son "pays". Il se réapproprie ou recrée les idiomes de certaines musiques traditionnelles. Notre oreille semble distinguer des sonorités de clavecin, d'harmonium, de khêne vietnamien, un fragment de la chanson populaire "En passant par la Lorraine", autant d'éléments manipulés par Ghédalia Tazartès avec son magnéto à bandes Revox et un échantillonneur.

A une époque où la mondialisation veut nous faire croire à un irrémédiable nivellement de la création musicale, Ghédalia Tazartès nous prouve l'exact opposé, que la diversité et l'originalité sont au contraire de mise dans un joyeux bordel sonore (plus structuré qu'il n'y paraît). Le disque est agrémenté d'un dépliant comprenant un beau texte de Sébastien Morlighem, qui a réalisé cette réédition, une discographie et un collage de coupures de presse par Dominique Grimaud, maître d'oeuvre de la collection les Zut-O-Pistes.

La lecture de ce livret nous apporte quelques clés pour mieux comprendre Ghédalia Tazartès, qui n'est pas un mystère, simplement un homme discret qui ne s'étale pas en discours inutiles sur ses créations. Le livret nous apprend notamment que le titre de l'album, Check Point Charlie, qui fait référence au célèbre point de contrôle entre Berlin-Est et Berlin-Ouest, du temps de la Guerre froide, désigne pour Tazartès un point de référence dans l'espace-temps, une ouverture sur des mondes, des souvenirs et des pensées parallèles, une ouverture symbolique qui se concrétise parfois dans un objet un particulier, en l'occurence un pot à lait acheté par son père. Et ce Check Point Charlie déverse un flot continu de mots, de voix, de sons et d'ambiances captées sur le vif, tissant la trame d'une bande-son hallucinée.

Lien :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr