HAROLD BUDD (1936-2020)

Le parcours du pianiste et compositeur Harold Budd est aussi étonnant que méconnu. Bien avant de se faire connaître auprès d'un large public grâce à sa collaboration avec les Cocteau Twins, Harold Budd a été, dans les années 70, une figure influente dans le milieu de la musique minimaliste avant de s'orienter progressivement vers l'ambient music.

A 21 ans Harold Budd (né à Los Angeles en 1936), alors batteur de jazz, décide de suivre des cours de théorie musicale au Los Angeles Community College. Il le rappelait dans la biographie sur son site : "A cette époque j'avais un appetit insatiable. L'harmonie, le contrepoint, la musique de la Renaissance. J'entendais vraiment cela pour la première fois". Il effectue son service militaire en France dans un orchestre de l'armée et a ainsi l'occasion de jouer aux côtés d'Albert Ayler. A son retour il reprend ses études à la University of Southern California. Il découvre les peintures de Mark Rothko et cherche à transposer en musique les sensations ressenties devant ses œuvres expressionnistes abstraites.

Richard Maxfield / Harold Budd The Oak of the Golden Dreams

Au début des années 60, sous l'influence de John Cage et Morton Feldman, il s'essaie à l'improvisation et à la composition basée sur l'indéterminé et développe un style minimaliste et dépouillé : des pièces constituées de drones ou de simples instructions pour les interprètes. En 1966, Harold Budd obtient son diplôme de Composition musicale. A cette époque il compose les œuvres The Candy-Apple Revision et Unspecified D-Flat Major Chord and Lirio. Il devient une figure respectée dans le petit cercle du minimalisme et de l'avant-garde. Harold Budd crée Coeur D'Orr en 1969, une pièce pour saxophone soprano conçue pour le sculpteur Eric Orr, et The Oak of the Golden Dreams en 1970, pour synthétiseur Buchla. Publiées à faible tirage par le label Advance Recordings, ces deux pièces constituent le premier opus discographique d'Harold Budd (et non pas The Pavilion of Dreams comme cela est souvent avancé). Elles ont été rééditées par New World Records en 1999 accompagnées de pièces de Richard Maxfield.

En 1970, Harold Budd débute une carrière d'enseignant au California Institute of Arts. Il tente alors de transmettre son leitmotiv : "Faire que ma musique soit aussi belle que possible à chaque instant". Il compose en 1972 Madrigals of the Rose Angel, une pièce pour harpe, piano électrique, célesta, percussion et choeurs. A cette occasion Harold Budd s'initie au clavier afin d'interprèter ses propres partitions. Le piano deviendra par la suite son instrument de prédilection.

Harold Budd quitte l'institut en 1976 et signe un contrat avec le label de Brian Eno Obscure Records sur lequel il édite son premier disque bénéficiant d'une large diffusion : The Pavilion of Dreams (1978). Deux ans plus tard il réalise avec Brian Eno le deuxième volet de la série "Ambient" (après le fameux Ambient 1 : Music for Airports) : Ambient 2 : The Plateaux of Mirrors, sur lequel Harold Budd joue aux pianos acoustique et électrique tandis que Brian Eno prend en charge les traitements studio.

Harold Budd The White Arcades (1988)

Après The Plateaux of Mirrors suivent The Serpent [In Quicksilver] en 1981, un mini-album où Budd est seul au piano, et, en 1984, Abandoned Cities, deux longues pièces écrites pour une installation dans une galerie d'art. Toujours avec Brian Eno, Harold Budd enregistre The Pearl (1984), dont les paysages sonores rappellent ceux de The Plateaux of Mirrors.

Dans la même veine ambient, il enregistre seul Lovely Thunder (1986). Il enregistre Xcept One (1987) en duo avec Michael Hoenig, ancien membre du groupe allemand Agitation Free et devenu compositeur de musiques de films. En 1986 Harold Budd se lance dans une nouvelle aventure en collaborant avec les membres du groupe Cocteau Twins Robin Guthrie, Elisabeth Frazer et Simon Raymonde. Il enregistre avec eux l'album The Moon And The Melodies, qui entre dans les charts anglais. Deux ans plus tard, c'est à Edinburgh, à nouveau avec Robin Guthrie qu'Harold Budd enregistre The White Arcades (1988), sur All Saints un autre label fondé par Brian Eno. Cet album se situe toujours de plain-pied dans l'univers d'Eno : les nappes synthétiques rondes et polies (presque trop même) innondent l'espace avec volupté.

Harold Budd Luxa (1996)

Après un nouvel album solo, By the Dawn's Early Light en 1991, Harold Budd forme un trio avec Ruben Garcia et Daniel Lentz pour Music for Three Pianos en 1992. En 1994, il collabore avec Andy Partridge d'XTC, une autre figure du monde du rock, pour Through the Hill. L'année suivante Glyph est cette fois le fruit de sa collaboration avec Hector Zazou. Leurs deux univers atypiques et protéïformes se combinent et se complètent à merveille pour un album ambient teinté de dub, voire de "trip-hop". Glyph est aussi le dernier opus de Made to Measure, la légendaire série éditée par Crammed Discs.

En 1996 paraît Luxa, l'une des plus belles réussites d'Harold Budd en solo. Les paysages sonores d'une beauté saisissante sont accompagnés par un jeu de piano qui semble suspendre le temps (on sent ici toujours l'influence de Morton Feldman). Ces dernières années, Harold Budd est revenu au piano solo, avec The Room en 2000 et La Bella Vista en 2003. La Bella Vista est en fait une improvisation d'Harold Budd sur un piano Steinway dans la maison de Daniel Lanois devant un public d'une quinzaine de personnes. Ce concert privé a été enregistré "à l'insu de son plein gré".

Le label anglais Metamatic Records a publié en 2003 Translucence + drift music, un double cd contenant deux albums inédits du chanteur et fondateur d'Ultravox John Foxx avec Harold Budd.

En 2004 Harold Budd sortait Avalon Sutra, sur le label de David Sylvian Samadhi Sound. Harold Budd annonçait alors qu'après ce double album il prenait sa retraite musicale. Les retraites dans le milieu musical étant rarement définitives et de longue durée Harold Budd est réapparu sur disque dès 2005 avec l'album "live" Music for Fragments From the Inside (Sub Rosa, 2005), enregistré avec le compositeur et sound-designer Eraldo Bernocchi. Eraldo Bernocchi est notamment connu pour avoir collaboré avec Bill Laswell. Les 7 mouvements de Music for Fragments From the Inside ont été enregistrés lors d'une installation de l'artiste vidéo Petulia Mattioli qui se tenait dans un palace italien. Détachées de leur contexte ces pièces d'Harold Budd semblent continuer à faire merveille, puisque l'album est salué par la critique (Infratunes, Dusted Magazine, Boomkat...).

Abandoned Cities (1984) et The Serpent In Quicksilver (1981) ont été réédité en un seul CD sur le label de Brian Eno All Saints. Ce même label a réédité The White Arcades (1988), et en 2006, By The Dawn's Early Light (Opal/Warners 1991) ainsi que Music For 3 Pianos (All Saints 1992) un album enregistré avec Ruben Garcia et Daniel Lentz.

Dans le prolongement de leur collaboration pour la musique du film Mysterious Skin Gregg Araki (2005), Harold Budd et Robin Guthrie (Cocteau Twins) ont enregistré plusieurs albums ensemble, Before The Day Breaks (2007), After The Night Falls (Darla Records, 2007), Bordeaux (Darla Records, 2011), Another Flower (2020) et une autre bande originale, celle du film White Bird In A Blizzard (2011).

Entre 2009 et 2010 Harold Budd a enregistré trois nouveaux albums, cette fois-ci en collaboration avec le guitariste Clive Wright (avec qui Budd travail depuis 2004) : Song for lost blossoms (2009), Candylion (2009) et Little Windows (2010).

Harold Budd nous a quitté le 8 décembre 2020, à l'âge de 84 ans, des suites de complications liées au Covid-19, selon ce qui a été annoncé sur sa page Facebook officielle.

L'une des dernières créations de Harold Budd en solo est la musique composée pour la série "I Know This Much Is True" avec Mark Ruffalo interprétant les deux rôles principaux, ceux de jumeaux. La série a été diffusée en mai/juin 2020 par la HBO et est disponible en France sur OCS.

Robin Guthrie et Harold Budd avaient enregistrés de nouveaux morceaux ensemble en Bretagne au cours de l'Été 2013. Ceux-ci ont été publiés le 4 décembre 2020 sur l'album Another Flower (Darla Records, 2020).

Liens :

Discographie (non exhaustive) :

  • The Oak Of The Golden Dreams. Works by Richard Maxfield & Harold Budd (1969/70 ; New World 1999).
  • The Pavilion Of Dreams (Obscure 1978).
  • The Serpent In Quicksilver (Cantil 1981).
  • Abandoned Cities (Cantil 1984).
  • Lovely Thunder (Editions EG 1986).
  • The White Arcades (Land 1988).
  • By The Dawn's Early Light (Opal/Warners 1991).
  • Agua (Sine 1995).
  • Luxa (All Saints 1996).
  • The Room (Atlantic 2000).
  • La Bella Vista (Shout Factory, 2003)
  • Avalon Sutra / As Long as I can hold my Breath (Samadhi Sound, 2004).
  • Perhaps (Samadhisound, 2007).
  • In The Mist (Darla Records, 2011).
  • Bandits Of Stature (Darla Records, 2012).
  • Jane 1-11 (Darla Records, 2013).
  • Jane 12-21 (Darla Records, 2014).
  • I Know This Much Is True (Music From The HBO Series) (All Saints, 2020).

Collaborations / participations :

  • Brian Eno : Ambient 2 : The Plateaux Of Mirror (Editions EG/Ambient 1980).
  • Brian Eno : The Pearl (Editions EG 1984).
  • Eugene Bowen : un morceau de 1983 sur la compilation La Nouvelle Serenite (Subrosa).
  • Elizabeth Fraser, Robin Guthrie et Simon Raymonde : The Moon And The Melodies (4AD 1986).
  • Michael Hoenig : Xcept One (1987).
  • Ruben Garcia, Daniel Lentz : Music For 3 Pianos (All Saints 1992).
  • Zeitgeist : She Is A Phantom (New Albion 1994).
  • Andy Partridge : Through The Hill (All Saints 1994).
  • Hector Zazou : Glyph (Made To Measure / Crammed Discs, 1995).
  • John Foxx Translucence + drift music (Metamatic / Edsel Records, 2003).
  • Eraldo Bernocchi : Music for Fragments From the Inside (Sub Rosa, 2005).
  • Brian Eno : Music For Films III (All Saints, Hannibal Records, 2005).
  • Robin Guthrie : Before The Day Breaks (Darla, 2007).
  • Robin Guthrie : After The Night Falls (Darla, 2007).
  • Clive Wright : Song for lost blossoms (Darla, 2009).
  • Clive Wright : Candylion (Darla, 2009).
  • Clive Wright : Little Windows (Darla, 2010).
  • Eraldo Bernocchi & Robin Guthrie : Winter Garden (RareNoise Records, 2011).
  • Robin Guthrie : Bordeaux (Darla Records, 2011).
  • John Foxx, Ruben Garcia : Nighthawks ?(Metamatic, 2015).
  • Robin Guthrie : White Bird In A Blizzard (Lakeshore Records, 2014).
  • Robin Guthrie : Another Flower (Darla Records, 2020).

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr