COLIN McPHEE (1900-1964)

Ethnomusicologue passionné par les gamelans balinais Colin McPhee a incorporé les techniques indonésiennes dans ses propres compositions et ainsi ouvert la voie aux musiques minimalistes répétitives. Tabuh-Tabuhan (1936) sonne comme une oeuvre de Steve Reich ou de Philip Glass avec 30 ans d'avance.

Il est des parcours aussi surprenants que cohérents. Celui de Colin McPhee est de ceux-là. Né à Montréal en 1900, il grandit à Toronto. Il étudie la composition et le piano à Baltimore avant de déménager à New York au milieu des années 20. Il y étudie avec le très novateur Edgard Varèse. Un emploi en tant qu'assistant à la production lui permet de participer à l'organisation de concerts présentant des oeuvres de Aaron Copeland et Henry Cowell. Durant cette première période et ses cinq années à New York, Colin McPhee se fait déjà une petite réputation avec des oeuvres telles que Concerto for Piano and Orchestra, Concerto for Piano and Wind Octet et Sea Shanty Suite. Il se fait connaître aussi pour des compositions orchestrales pour deux films expérimentaux de Ralph Steiner, H2O (1929) et Mechanical Principles (1930).

L'année 1930 marque un tournant dans la vie de Colin McPhee. Il rencontre Jane Belo (ils se marient en 1931). Ils partent ensemble pour un séjour de six mois dans les Indes orientales néerlandaises. Le séjour de six mois se prolonge. Ils s'installent dans le village de Sayan à Bali, qui devient leur pied à terre pendant huit ans. Jane Belo étudie les rites de possession dans les représentations théâtrales. De 1936 à 1939, leurs propres travaux entrent en interaction avec ceux de Gregory Bateson et Margaret Mead (tous deux également mariés), qui développent alors de nouvelles théories et méthodes de recherche.

L'anthropologue Margaret Mead sera par la suite bien connue pour son ouvrage Moeurs et sexualité en Océanie de 1955, un classique des sciences sociales. L'anthropologue et épistémologue américain Gregory Bateson fondera, au début des années 1950, l'école de Palo Alto, à l'université Stanford en Californie, une référence également dans l'évolution des sciences sociales. Colin McPhee et Jane Belo se séparent en 1939. Margaret Mead et Gregory Bateson réalisent durant cette période le court documentaire Trance and Dance in Bali, qui ne sera diffusé qu'à partir de 1951. Jane Belo publiera Trance In Bali en 1960, préfacé par Margaret Mead.

Pendant ses années à Bali, Colin McPhee découvre les sonorités des gamelans, ses ensembles instrumentaux traditionnels composés de gongs, métallophones, cymbales et tambours. Il est fasciné par les nouvelles possibilités de couleurs timbrales et percussives qu'ils offrent, et par les formes et techniques instrumentales développées par les Balinais. Il focalise son attention sur la fabrication et l'utilisation de ses instruments, recherchant et écrivant sur ce genre musical. McPhee fait un tour d'horizon des différents types d'ensembles à travers l'île. La maison de Belo et McPhee devient un centre d'activités artistiques. McPhee encourage et aide les enfants à s'exercer à la musique et à la danse aussi bien qu'à maintenir les anciennes traditions musicales. C'est cette expérience qu'il raconte dans A House in Bali, livre qu'il publie en 1946.

Le Wayang Kulit (Wayang pour « ombre » et Kulit pour « cuir ») est une forme traditionnelle de théâtre javanais et balinais. Des marionnettes plates en cuir sont maniées derrière un rideau. La pièce est généralement accompagnée par une musique jouée par un ensemble de gamelan. A partir d'une transcription pour piano d'une musique pour une pièce de Wayang Kulit balinaise, McPhee commence à incorporer des éléments balinais dans ses propres compositions. Le compositeur Carlos Chavez lui commande une oeuvre pour l'Orchestre Symphonique de Mexico qu'il a fondé. Colin McPhee compose Tabuh-Tabuhan en 1935-36, une oeuvre qui préfigure la musique minimaliste répétitive américaine, celle de Steve Reich, Philip Glass, John Adams, avec trois décennies d'avance... La première de Tabuh-Tabuhan à Mexico, au cours de l'été 1936, est un succès. Cependant, malgré les efforts de Carlos Chavez pour faire connaître l'oeuvre, il écrit à Leopold Stokowski, Arthur Rodzinski et d'autres chefs d'orchestre, Tabuh-Tabuhan n'est pas rejoué dans ces années.

L'approche de la guerre a conditionné le départ de Bali. Colin McPhee réside à New York dans les années 40. Également excellent photographe McPhee a rapporté d'Indonésie de très nombreux clichés, ainsi que des films vidéos et des enregistrements sonores, aujourd'hui conservés au sein de la Colin McPhee Collection au département d'ethnomusicologie de l'Université de Los Angeles.

Colin McPhee, Tabuh-Tabuhan (CBC, 1997)

Le peu de retentissement de Tabuh-Tabuhan, ainsi que son départ de Bali, entame le goût de Colin McPhee pour la composition. Il ne compose pratiquement pas dans les années 1940. Il se produit quelques fois en concerts avec Benjamin Britten pour l'interprétation de pièces pour piano. L'oeuvre de Colin McPhee demeure alors très peu connue. Tabuh-Tabuhan est diffusé sur CBS Radio dans une série d'émissions School of the Air en 1947, mais ce n'est que dans les années 1950 qu'un intérêt renaît. Son oeuvre la plus ambitieuse Concerto for Two Pianos and Large Orchestra Using Bali, Jazz and McPhee Elements est diffusée à la radio aux Etats-Unis en 1949. Le chef d'orchestre Leopold Stokowski la dirige, ainsi que Tabuh-Tabuhan, à New York le 16 octobre 1953. Colin McPhee compose Symphony No. 2 en 1957. Leopold Stokowski lui commande The Nocturne en 1958. Ses oeuvres sont enfin dignement saluées par la critique pour leurs combinaisons inédites de musique traditionnelle indonésienne et de techniques orchestrales occidentales.

En 1960, Colin McPhee commence à enseigner la composition et l'ethnomusicologie à l'Université de Los Angeles (UCLA). Un certain La Monte Young fréquente alors ses cours. En parallèle à ses différents travaux de compositions et articles sur la musique et la danse, Colin McPhee commence à écrire l'ouvrage Music in Bali. Selon James Murdoch dans son introduction à l'édition 2002 de A House In Bali, à la fin de sa vie, Colin McPhee mène une vie frugale, il est sujet à la dépression et a une tendance alcoolique, Bali lui manque.

A l'automne 1963, Colin McPhee reçoit le diagnostic d'une grave maladie. Il met fin à ses cours à l'UCLA pour mener à terme son projet Music in Bali. Il meurt à Los Angeles le 7 janvier 1964. Music in Bali, publié en 1966, est un ouvrage de référence sur les techniques instrumentales et orchestrales balinaises. C'est cet ouvrage que cite Steve Reich lorsqu'il parle de sa découverte des gamelans balinais au début des années 70.

Tabuh-Tabuhan a été joué à plusieurs reprises depuis la fin des années 1950. L'un des premières parutions sur disque, si ce n'est la première, est interprétée par The Eastman Rochester Symphony Orchestra conduit par Howard Hanson. L'enregistrement est publié en 1956 par Mercury. La face B du 33-tours contient l'oeuvre The Minotaur d'Elliott Carter. En 1995, l'American Composers Orchestra, dirigé par Dennis Russell Davies, a enregistré une version de Tabuh-Tabuhan, ainsi que des pièces de Chinary Ung et Lou Harrison, pour un CD publié par le label Argo.

Le BBC Symphony Orchestra, conduit par Leonard Slatkin, a enregistré The Prince Of The Pagodas Suite de Britten et Tabuh-Tabuhan de McPhee pour le label Chandos en 2003. Le 22 août 2004, dans le cadre des BBC Proms, le BBC Symphony Orchestra, conduit par John Adams, a joué Tabuh-Tabuhan, au cours d'un programme contenant également des oeuvres de Maurice Ravel, Charles Ives et John Adams.

L'Esprit Orchestra dirigé par Alex Pauk a enregistré Tabuh-Tabuhan pour CBC Records en 1997, le label associé à Radio Canada. L'Esprit Orchestra, toujours dirigé par Alex Pauk, a réinterprété Tabuh-Tabuhan le 25 janvier 2023, au Koerner Hall de Toronto. Ce concert est diffusé sur la chaîne Youtube de l'orchestre.

Discographie :

  • Tabuh Tabuhan - Symphony No2 CBC 1998 : l'Esprit Orchestra dirigée par Alex Pauk interprète les oeuvres majeures de Colin McPhee : Symphony n.2, Concerto for Wind Orchestra, Transitions, Tabuh-Tabuhan et Nocturne.

Bibliographie :

  • Colin McPhee, A House in Bali (1946).
  • Colin McPhee, Music in Bali (1966).
  • Catherine Basset, Musiques de Bali et Java : l'ordre de la fête, Cité de la Musique / Actes Sud, 1995 (Livre + CD).

Sources :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr