Morton Subotnick

Pionnier des musiques électroacoustiques et électroniques aux Etats-Unis Morton Subotnick a participé à l'élaboration du synthétiseur modulaire de Don Buchla et s'est sans cesse adapté aux avancées technologiques.

Morton Subotnick avec le synthétiseur Buchla et des étudiants vers 1978

Morton Subotnick a donné une impulsion majeure au développement des musiques électroacoustiques et électroniques aux Etats-Unis. Enseignant au Mills College d'Oakland en Californie de 1959 à 1966 il co-fonde en 1961, avec Ramon Sender, le San Francisco Tape Music Center. Ce centre devient rapidement un lieu d'expérimentation privilégié pour Pauline Oliveros, Donald Buchla, Anthony Martin, Ramon Sender, Terry Riley ou encore Steve Reich (ce dernier y crée l'une de ses premières œuvres, "It's Gonna Rain", en 1965). A partir de 1961, en se basant sur les indications de Morton Subotnick et Ramon Sender, Don Buchla développe le premier synthétiseur modulaire, qui sera commercialisé en 1963 par la société Buchla & Associates sous le nom de "100 series Modular Electronic Music System" et surnommé "Buchla Box". L'année suivante est commercialisé le synthétiseur de Robert Moog basé sur les mêmes principes.

En 1966-67 les compositeurs du San Francisco Tape Music Center, devenu entre temps le Mills Tape Music Center, joignent leurs forces aux Mills Performing Group, fondé en 1963 par Morton Subotnick et Luciano Berio, pour une année de concerts et événements de musiques nouvelles. Karlheinz Stockhausen y donne notamment les premières de Mikrophonie No. 1, Telemusik et Zyklus et Luciano Berio celle de Laborintus II. Par ses activités d'enseignement et de recherche, dès la fin des années 60 et le début des années 70, Morton Subotnick a également été en contact avec Carl Stone, Charlemagne Palestine et Ingram Marshall (qui fut son assistant au California Insitute of Arts en 1970).

Morton Subotnick doit sa célébrité à Silver Apples of the Moon (1967), une œuvre ayant recours à la Buchla Box. Commandée par Nonesuch "Silver Apples" est l'une des premières pièces spécifiquement conçues pour être publiées sur disque. Par la suite Morton Subotnick a écrit de nombreuses autres pièces pour synthétiseur Buchla, parmi lesquelles The Wild Bull (1968), Touch (1969), Sidewinder (1971), Four Butterflies (1973), A Sky of Cloudless Sulphur (1978)...

Pour Until Spring, en 1975, Morton Subotnick utilise pour la première fois un synthétiseur avec contrôle d'intensité en temps réel qui lui permet également d'enregistrer ses réglages sur une piste spécifique. Cette composition pour synthétiseur solo répond alors à une commande du label Odyssey (dirigé quelques temps plus tôt par David Behrman). L'étape suivante de Subotnick dans l'utilisation du contrôle d'intensité est le développement d'une "ghost box", littéralement une "boîte fantôme". Un appareil électronique permettant l'écriture de véritables "partitions fantômes" enregistrées sur bandes magnétiques, pouvant ainsi être réinterprétées. Two Life Histories (1977) est la première pièce utilisant la "Ghost box". La majeure partie des productions de Morton Subotnick pour les six années suivantes ont recours à ces "partitions fantômes" ("Ghost scores") parmi lesquelles Liquid Strata (pour piano, 1977), Parallel Lines (pour piccolo accompagné par 9 musiciens, 1978), The Wild Beasts (pour trombone et piano, 1978), Axolotl (pour violoncelle solo), The Last Dream of the Beast (pour voix solo) et The Fluttering of Wings (pour quatuor à cordes).

Un nouveau palier est franchi avec Ascent Into Air (1981), œuvre écrite pour le très puissant ordinateur 4C de l'IRCAM. Cette pièce développe plusieurs techniques utilisées avec la Ghost Box mais aussi la possibilité de spacialiser les sons de façon quadriphonique et de moduler le timbre des instruments en direct, une prouesse qui n'aurait pas été possible sans les nouvelles interfaces MIDI.

A côté de ses travaux utilisant l'électronique, Morton Subotnick a écrit des pièces pour orchestre symphonique, pour ensemble de musique de chambre, pour le théâtre et des productions multimédias.

Il a également utilisé les nouvelles possibilités d'interactivité qu'offre le CD-Rom pour développer des outils d'apprentissage de la création musicale pour enfants avec Making Music (1995) (à partir de 5 ans) et Making More Music (à partir de 8 ans). Cet outil d'apprentissage par le dessin sur écran d'ordinateur a été transposé sur le site Web Creating Music.

Morton Subotnick co-dirige le programme de composition du Center for Experiments in Art, Information and Technology (CEAIT) au California Institute of the Arts. Il tourne régulièrement à travers les Etats-Unis et l'Europe en tant que conférencier et compositeur/performer.

Discographie (cd uniquement) :

  • The Key to Songs/Return (New Albion Records, 1986).
  • Touch - Jacob's Room (Wergo, 1993).
  • Silver Apples of the Moon ; The Wild Bull (Wergo, 1994).
  • And The Butterflies Begin To Sing (New World Records, 1997).
  • Electronic Works Volume 1 (Mode, 2001) : Touch (1969) ; A Sky of Cloudless Sulphur (1978) ; Gestures (1999 – 2000) [existe aussi avec un DVD contenant des entretiens de Morton Subonick avec John Schaeffer, Joan La Barbara, Melody Sumner Carnahan et Stephen Subotnick à propos de Gestures].
  • Electronic Works Volume 2 (Mode, 2004) : Sidewinder (1971) ; Until Spring (1975) [existe aussi avec un DVD contenant deux interviews de Morton Subotnick et d'un documentaire sur Tony Martin concernant la création du "liquid light show" pour la pièce Sidewinder].

Liens :

© Eric Deshayes - neospheres.free.fr